www.takeapen.org 23/10/2019 03:47:41
  Cherche
Guerre de religions L’Autorité palestinienne a financé les activités terroristes avec les sommes versées par les pays arabes et l'Union européenne La résurrection, ça existe!! devinez où? chez lez Palestiniens!! Oui ou non, l'Union européenne finance-t-elle Arafat depuis des années en sachant qu'il détourne ses aides ? Comment faire confiance à ARAFAT? Le père d’un porteur de bombe suicide accuse les recruteurs de son fils Pas le moindre regret Israël-Palestine, au-delà des illusions Les illusions perdues Compassion va vers la famille des assassins? Israël et Résolution 242 Le retour de l’anti-sémitisme en France "Israel-Palestine : en parler sans se fâcher " La condamnation ou le déshonneur Réponse de ACPRO a l'article "Des géographes à l'assaut de la Palestine?" "Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance" Un cas de désinformation de la part de la Télévision Suisse Romande ? La lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice Au Mr. Romano Prodi, President de la Commission européenne Le vrai triomphe de la terreur Lettre adressée au Ministre des affaires étrangères du Canada "Massacre à Cana, les négociations Liban-Israel reportées" Pourquoi israël fait le sale boulot: La loi, sans la force pour l’appliquer, n’est rien ! Disproportion ? Le mouvement terroriste Hezbollah a refusé de répondre … Tsahal: la seule armée au monde a avoir un code moral Cibler des terroristes - Aspects legaux Diabolisation d’Israël organisé par l’AFP
Click to send this page to a colleague_send_to_a_friend_FR
Click to print this page_print_page_FR

La lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice

Son mari a été assassiné dans l'attentat de Jérusalem de 22.2.2004
 

Aujourd'hui, Messieurs les juges de La Haye, au moment où vous débattrez de cette barrière de sécurité, je serai en train d'enterrer mon mari. Je ne suis pas une politicienne. Je me tourne vers vous en tant que simple être humain. Cette barrière aurait pu sauver mon mari. Yéhouda était mon amour de jeunesse. Nous étions mariés depuis 21 ans et la sœur de Yehouda est l'épouse du conseiller économique de l'ambassade d'Israël dans votre ville de La Haye. Cela fait des mois, qu'elle essaie avec les diplomates de l'ambassade de faire ouvrir les yeux au monde. Des mois entiers qu'elle défend les droits de l'État d'Israël. Mais moi, je ne réclamais qu'un seul droit, modeste : celui de continuer à choyer mon mari, celui de pouvoir ensemble voir grandir nos enfants et nos petits-enfants. Aujourd'hui, même ce droit-là m'a été enlevé. Pour moi, c'est trop tard.

 

Mais vous, messieurs les juges, pouvez encore permettre à d'autres familles de jouir de ce droit élémentaire : celui de vivre heureux, de se lever le matin sans douleur. Alors, aujourd'hui, lorsque vous vous pencherez sur ces grands dossiers, pensez, ne serait-ce qu'un seul instant, aux gens simples. Pensez au grand cœur de mon mari Yehouda, pensez à notre fils Avner. Peut-être serez-vous capable de lui expliquer pourquoi, à 10 ans, il est déjà orphelin ? Aujourd'hui, dans votre salle d'audience des gens vont débattre, ils vont lancer des accusations. Dans ma maison, ce sera le défilé incessant des amis venant présenter leurs condoléances.

 

Mais moi, je resterai inconsolable. Car ce soir, lorsque vous, messieurs les juges rentrerez chez vous, à La Haye, et que vous irez embrasser vos enfants, moi, je resterai seule. Certes, je suis loin de toute politique, mais aujourd'hui, touchée par le deuil, je pense avoir acquis, par le sang et par les larmes, le droit de m'adresser à vous et de vous dire : si une barrière de sécurité avait été édifiée sur toute la longueur du pays, peut-être que ce soir j'aurais encore pu embrasser mon mari. Ne jugez pas mon pays ! Ne l'empêchez pas de tout faire pour se défendre et pour éviter ainsi d'autres sacrifices. Aujourd'hui, je vais enterrer mon mari ; quant à vous, là-bas à La Haye, n'enterrez pas la Justice !
Fanny Haïm

Devant le nouvel attentat horrible du 22 février 2004 revendiqué par les hommes du Fatah et de Yasser Arafat, A la veille de la 1ère session de la Cour International de La Haye sur la barrière de sécurité,
Pour éviter de voir à nouveau ces images et photos d'attentat ci-dessous,
Transférez ce mail à la Cour International de Justice


Cour internationale de Justice
Palais de la Paix
2517 KJ  La Haye
Pays-Bas Téléphone
(31) (0)70 302 23 23
Téléfax (31) (0)70 364 99 28
Télex 32323



Copyright © 2001-2010 TAKE-A-PEN. All Rights Reserved. Created by Catom web design | SEO