www.takeapen.org 19/07/2019 02:58:36
  Cherche
Guerre de religions L’Autorité palestinienne a financé les activités terroristes avec les sommes versées par les pays arabes et l'Union européenne La résurrection, ça existe!! devinez où? chez lez Palestiniens!! Oui ou non, l'Union européenne finance-t-elle Arafat depuis des années en sachant qu'il détourne ses aides ? Comment faire confiance à ARAFAT? Le père d’un porteur de bombe suicide accuse les recruteurs de son fils Pas le moindre regret Israël-Palestine, au-delà des illusions Les illusions perdues Compassion va vers la famille des assassins? Israël et Résolution 242 Le retour de l’anti-sémitisme en France "Israel-Palestine : en parler sans se fâcher " La condamnation ou le déshonneur Réponse de ACPRO a l'article "Des géographes à l'assaut de la Palestine?" "Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance" Un cas de désinformation de la part de la Télévision Suisse Romande ? La lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice Au Mr. Romano Prodi, President de la Commission européenne Le vrai triomphe de la terreur Lettre adressée au Ministre des affaires étrangères du Canada "Massacre à Cana, les négociations Liban-Israel reportées" Pourquoi israël fait le sale boulot: La loi, sans la force pour l’appliquer, n’est rien ! Disproportion ? Le mouvement terroriste Hezbollah a refusé de répondre … Tsahal: la seule armée au monde a avoir un code moral Cibler des terroristes - Aspects legaux Diabolisation d’Israël organisé par l’AFP
Click to send this page to a colleague_send_to_a_friend_FR
Click to print this page_print_page_FR

"Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance"

Lettre envoyé à TF1 par E.D.
Sujet: Votre journal télévisé de 20h00 de ce 14 avril 2004
 

Bonjour,

 

    En regardant votre journal télévisé de 20h00 de ce 14 avril 2004, j'ai pu entendre une phrase surprenante d'un de vos journalistes au cours d'un reportage diffusé au cours de cette édition. Il s'agissait d'un reportage concernant le plan de retrait israélien et des propos de Georges Bush à ce sujet. Le président américain se serait en effet opposé à ce que les frontières délimitant Israël d'un futur Etat palestinien ne tiennent pas compte des réalités démographiques sur le terrain. Sur ce, votre journaliste en a conclu que, par la voix de leur président, " les Etats-Unis invitent les Palestiniens à renoncer à ce que le droit internationnal leur accorde depuis la création de l'Etat d'Israël".

 

   Voilà qui constitue un "résumé" pour le moins elliptique de l'histoire du Moyen-Orient et du conflit israélo-arabe. En effet, en s'exprimant de la sorte, votre reporter a fait allusion au plan de partage de la Palestine mandataire, voté par l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies, le 29 novembre 1947, et définissant les frontières séparant les territoires prévus pour la création d'un Etat arabe et d'un Etat juif. Effectivement, si l'on se place dans cette optique, les propos de Geogres Bush vont à l'encontre de ce plan de partage et renient ce que le droit international accorde aux Palestiniens depuis la création de l'Etat d'Israël (14 mai 1948).

 

  Cependant, officiellement du moins, le débat ne porte pas actuellement sur les frontières de l'Etat juif, telle qu'elles ont été définies par ce fameux plan de partage mais sur les frontières internationalement reconnues de ce même Etat... depuis 1949, plus précisément depuis la date d'armistice de la guerre d'indépendance de l'Etat d'Israël (7 janvier 1949). Ces frontières sont différentes de celles esquissées dans le plan de partage de 1947. Or, ces frontières, internationalement reconnues, sont précisément ce que les dirigeants palestiniens eux-mêmes présentent régulièrement comme les contours définis par le droit international lui-même. Pour cela, il invoquent la fameuse résolution 242 des Nations-Unies, votée le 22 novembre 1967, à la suite de la guerre des six jours.  Ils prétendent ainsi que les pays arabes et certains Etats de par le monde, dont la France, que cette résolution exige d'Israël qu'il se retire sur la frontière d'avant 1967. C'est ce qu'o n ap pelle la ligne verte, c'est-à-dire la ligne de cessez-le-feu du 7 janvier 1949 qui faisait office de frontière internationale et était reconnue comme telle jusq'au 5 juin 1967, date du déclenchement de la guerre des six jours. Néanmoins, cette résolution reste litigieuse. En effet, les Palestiniens s'appuyent pour cela sur la version française de la résolution 242, rédigée par la France conjointement avec l'URSS et qui s'oppose au texte original anglais sur l'ampleur du retrait, le texte original ne prévoyant que le principe d'un échange de territoires non définis contre une paix juste et durable, dans des frontières sûres et reconnues.

 

   Mais cette complexité se double d'un autre problème: seules l'Egypte et la Jordanie ont reconnu l'Etat d'Israël, respectivement en 1979 et en 1994. Il aura donc fallu 31 ans pour qu'un Etat arabe accepte l'existence d'Israël. Avant cela, aucune partie arabe n'a accepté elle-même le droit international en refusant aux Juifs d'avoir un Etat, quel qu'il soit.

 

   En 1988, l'OLP a reconnu les résolutions des Nations-Unies 181 (partage de la Palestine), 242 et 338 (reconnaissance de l'Etat hébreu et retrait des forces israéliennes des territoires occupés depuis 1967) et a renoncé définitivement au terrorisme. Cette "reconnaissance" a permis d'ouvrir des négociation avec Israël. ce qui a mené aux fameux "processus de paix" dont on parle tant et jalonnés d'accord divers dont les accords d'Oslo, en 1993, dont la mise en oeuvre sur le terrain est restée lettre morte sur de nombreux points.

 

   Quant à la reconnaissance d'Israël par les Palestiniens, Aucune carte palestinienne ne mentionne Israël. En fait, il suffit de se rendre sur le site du fatah de Yasser Arafat http://www.fateh.net pour se rendre compte de la valeur de cette "reconnaissance" et des conceptions de la direction palestinienne quant à l'issue du conflit israélo-arabe.

 

   Actuellement, les frontières entre Israël et un futur Etat palestinien restent à définir. Comme vous le voyez, il s'agit d'un dossier particulièrement complexe. L'affirmation de votre journaliste est non seulement simpliste mais également de nature à induire en erreur vos téléspectateurs qui n'auraient pas de notions d'histoire sufffisantes.

  

   Voilà qui illustre ce que disait Stephen Hawkin: "le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance".

 

E.D.

 Belgique



Copyright © 2001-2010 TAKE-A-PEN. All Rights Reserved. Created by Catom web design | SEO