www.takeapen.org 19/07/2019 03:22:04
  Cherche
Guerre de religions L’Autorité palestinienne a financé les activités terroristes avec les sommes versées par les pays arabes et l'Union européenne La résurrection, ça existe!! devinez où? chez lez Palestiniens!! Oui ou non, l'Union européenne finance-t-elle Arafat depuis des années en sachant qu'il détourne ses aides ? Comment faire confiance à ARAFAT? Le père d’un porteur de bombe suicide accuse les recruteurs de son fils Pas le moindre regret Israël-Palestine, au-delà des illusions Les illusions perdues Compassion va vers la famille des assassins? Israël et Résolution 242 Le retour de l’anti-sémitisme en France "Israel-Palestine : en parler sans se fâcher " La condamnation ou le déshonneur Réponse de ACPRO a l'article "Des géographes à l'assaut de la Palestine?" "Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance" Un cas de désinformation de la part de la Télévision Suisse Romande ? La lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice Au Mr. Romano Prodi, President de la Commission européenne Le vrai triomphe de la terreur Lettre adressée au Ministre des affaires étrangères du Canada "Massacre à Cana, les négociations Liban-Israel reportées" Pourquoi israël fait le sale boulot: La loi, sans la force pour l’appliquer, n’est rien ! Disproportion ? Le mouvement terroriste Hezbollah a refusé de répondre … Tsahal: la seule armée au monde a avoir un code moral Cibler des terroristes - Aspects legaux Diabolisation d’Israël organisé par l’AFP
Click to send this page to a colleague_send_to_a_friend_FR
Click to print this page_print_page_FR

La condamnation ou le déshonneur

Lettre envoyé à "La Cinq"

Sujet: "Dans l'enfer de Rafah"

 

Mesdames, messieurs les producteurs de C dans l'air,

L'émission C dans l'air, sur la Cinq, le 27 mai 2004, était titrée « Dans l'enfer de Rafah ». Elle s'appuyait sur des reportages montrant les destructions de maisons dans la bande de Gaza et la violence de l'armée israélienne. Conformément au principe habituel, le plateau réunissait quatre intervenants, deux pour, deux contre. Ce qui veut dire que s'ils ne voulaient pas participer à la curée générale, les deux défenseurs d'Israël étaient mis en demeure de justifier l'opération. Ce à quoi ils se sont livrés, mais probablement sans retirer tous les honneurs que leur témérité aurait dû leur valoir.

 

Choisir de faire une émission au sujet d'une opération militaire extrêmement controversée et placer face à face deux équipes supposées défendre chacune un point de vue opposé, c'est déjà jeter un regard accusateur sur l'intervention israélienne. Il aurait fallu dès le départ élargir le sujet et parler des événements qui ont précédé et préparé le terrain pour cette intervention militaire, en particulier l'onde de choc qui a traversé la société israélienne la semaine précédente, à la vue des morceaux de cadavres de soldats israéliens exhibés à la télévision par des combattants palestiniens et le meurtre de 3 enfants israéliens devant leur mère, suivi du meurtre de cette dernière, enceinte de 8 mois. Les défenseurs d'Israël, lorsqu'ils ont voulu évoquer ces événements, ont été rappelés à l'ordre : on est ici pour parler de Rafah !

 

Aborder la question de Rafah sous l'angle d'un engrenage mortifère aurait pourtant permis de placer l'opération dans son contexte. Ou alors, il aurait fallu faire une émission la semaine précédente sur les conséquences désastreuses qu'allaient immanquablement causer les actes de barbarie commis. Comme par hasard, cette émission n'a pas eu lieu.

 

Dès lors, les deux défenseurs d'Israël sont apparus comme les supporters aveugles de la politique du gouvernement israélien, ce qu'ils ne sont pas forcément. Mais ils n'avaient pas le choix. Ils sont tombés dans un piège, tendu, probablement inconsciemment, par les responsables de l'émission, qui ont montré malgré eux, à quel point, eux aussi,  adorent détester Sharon.

 

Il y a des moments où il faut savoir dire non aux propositions des médias afin de les placer devant leur responsabilité.

Alain Nerot



Copyright © 2001-2010 TAKE-A-PEN. All Rights Reserved. Created by Catom web design | SEO